AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Regard vers l'horizon

Aller en bas 
AuteurMessage
Drakeem D'Enetari
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 78
Age : 30
Date d'inscription : 12/08/2007

MessageSujet: Regard vers l'horizon   Mer 15 Aoû - 20:05

- Quel est l'importance d'un guerrier en temps de paix. songea le chevalier du haut de sa monture, observant du haut de la colline les gens au loin s'évertuer à vivre leur vie sans se soucier des notions de peur, de guerre, de développement...

Rashkal rumina, et Drakeem réconforta la bête en lui flattant l'échine. Palomba Sol... Cet endroit avait un petit quelque chose d'unique, et il n'en faisait aucun doute, cet endroit appartenait de droit à la famille Lydraliou aux yeux du combattant monté. Sévère et pensif, ce dernier posa son regard sur le soleil qui se couchait au loin, magnifique. Même la forêt paraissait tranquille sous un tel éclat... et pourtant... Drakeem toisa l'étendue noire. N'était-ce pas la menace la plus tangible que son peuple avait devant elle ? Et fléchir devant la menace n'était pas une option. Les yeux bleus pâles fondirent entre les arbres à la recherche d'ennemis à haïr, d'ennemis à détruire, d'un prétexte pour servir et protéger la nation, d'une excuse pour étendre la souveraineté des enfants de Lydra et de la sacrée sainte civilisation...

Non. La racaille se terrait, se cachait loin de son regard. Cette forêt... elle ne faisait que le tenter, le mettre sur les nerfs. Rashkal sembla sentir la colère de son maître, et grommela à nouveau, attirant son attention vers des pensées moins sombres. Drakeem revint à lui, sourit et caressa à nouveau la bête.

- Ne t'en fais pas Rashkal... Il n'y a aucun danger, tout va très bien.
Le regard du cavalier se reporta vers la forêt et la plaine, mais bien vite s'en éloigna, et fermant les yeux pour savourer cette harmonie qui régnait entre lui et sa fidèle monture, Drakeem D'Enetari fondit en bas de la colline à la recherche d'une mission plus digne qu'attendre pour honorer son titre grandiose... Pourtant, au fond de son coeur, le guerrier sans conflit sentait que c'était peine perdue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valerech
Violoniste (et traître è_é)
avatar

Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 15/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Jeu 16 Aoû - 12:05

Confortablement étendue dans l’herbe qui poussait drue sur la colline, sur le versant est, dont en direction du village, son instrument appuyé contre son genou gauche remonté, il contemplait le mouvement des nuages poussés par le vent. Il s’imaginait en corps éthéré, voltigeant de l’un à l’autre au gré des bourrasques aériennes. Un magnifique après-midi de fainéantise oisive, comme il les aimait.

Un renâclement lui ramena les pieds sur terre, ou plutôt, la tête sur les épaules. Le dragon d’Acier en personne! Le guerrier se rendait bien souvent sur cette colline, scrutant l’horizon à la recherche de quelques signes d’envahisseurs…ou de gens à envahir, pour ce qu’il en savait. Bien que de tempérament pratiquement contraire, Val respectait l’apport significatif de Drakeem à la famille, n’ayant même pas flanché devant le crime de ses frères et les punissant de sa propre main. Toutefois, il abhorrai la manière dont cet homme se prenait au sérieux, et ne se gênait pas pour lui décerner quelques piques ironiques à ce sujet. Pas en guise de provocation, ni pour tenter d’écorcher son orgueil, mais par simple amusement personnel.

Si les choses continuaient ainsi cependant, et que le village demeurait plongé dans son isolement, il avait de sérieux doute que cet homme d’action parviendrait à conserver son calme bien longtemps. Comme quoi il y avait des situations où les rêveurs se voyaient avantagés.

Lorsque l’homme passa à proximité d’ouïe, Valerech entama, sans changer de position, une balade plaintive à la mélodie traînante et mélancolique, en hommage à l’état d’esprit supposé du chevalier. Ce dernier stoppa sa monture et regarda dans la direction d’où provenait cette musique. Valerech le salua de la tête en finissant sa dernière portée, avant de lui adresser la parole


« Alors, quelque chose à signaler, puissant d’Enetari ?Sommes-nous toujours encerclés par cette armée innombrables de troncs feuillus ? »

_________________
-La musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drakeem D'Enetari
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 78
Age : 30
Date d'inscription : 12/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Jeu 16 Aoû - 18:33

Le chevalier dévalait la pente, rapide et précis sur le dos de sa monture, lorsqu'il entendit le son délicat d'un violon. Drakeem s'arrêta, et apperçu sans peine cet homme un rien androgyne étendu dans l'herbe, libre de tout stress, jouant avec entrain et naturel de son instrument de musique. Drakeem écouta un instant, puis Valarech lui parla. Toujours aussi cynique ! Le chevalier esquissa sous son casque une petite moue grimaçante, et s'approcha doucement du musicien et aggrémentant sa venu de ces quelques paroles.
- Pfft ! Vous pouvez bien vous moquer, jeune effronté, mais lorsque malheur arrivera, vous serez fort aise d'avoir à vos côtés des hommes près à se battre pour défendre notre famille.
Drakeem était maintenant tout à côté de Valarech, et le toisait du haut de sa monture. C'était encore un enfant, pensait-il. Normal alors qu'il ne se préoccupe pas encore de protéger sa femme, ses enfants, et ceux de tous les membres de son peuple. Le chevalier regarda à nouveau l'horizon, le soleil qui inexorablement se cachait derrière la forêt et les collines. Quand diable les hommes se décideraient-ils à les franchir ? Mais surtout que trouveraient-ils... Drakeem hésita à se mêler plus qu'il ne le fallait avec un tel inconscient, mais au fond, qu'avait-il à perdre. Il était vrai que pour l'instant, les arbres ne semblaient pas présager de mauvaises augures... Il descendit de monture et s'assit dans le gazon près du violoniste, enlevant même son casque, chose assez rare en présence de n'importe qui. Pourtant, D'Enetari resta sur ses gardes... qui sait quand pourrait frapper l'ennemi !!! Magnifique, sévère et insécure, l'homme d'arme observa de ses propres yeux le soleil disparaître au loin.

- Hummph... Valarech. Dis moi. Ne crois tu pas que tu devrais te soucier un peu plus de ta famille ? Je veux dire... Il y a des étendues de terres, là, droit devant nous, qui n'attendent qu'à être découvertes, qui n'attendent qu'un maître pour y prendre pied. Ne penses-tu pas que notre clan est resté trop longtemps latent dans son coin, à attendre ?...
Drakeem posa son index sur sa lèvre inférieure, pensif, ses yeux bleus scrutant le sol en quête d'une réponse. Il n'aurait pas du parler à cet enfant, baisser ainsi ses défenses. Le chevalier grommela, se redressa un peu, puis se retourna vers le jeune musicien pour entendre sa réponse. Comment faisait-il pour ne pas être plus anxieux ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valerech
Violoniste (et traître è_é)
avatar

Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 15/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Ven 17 Aoû - 20:13

À sa plus grande surprise, Valerech vit le plus noble chevalier de sa famille descendre de sa monture et prendre place à ses côtés, malgré un commentaire désobligeant à l’égard de son laxisme apparent. Un univers séparait les deux hommes; l’un, le portrait typique de l’insouciance de la jeunesse, l’autre, la matérialisation même de l’esprit patriarcal de protection; le premier, un observateur passif et rêveur de la réalité, le second, un homme qui modelait le monde de par ses actions. Et pourtant, en ces temps troublés, jamais ils n’avaient été si près. Comme si la menace sourde que faisait planer le mystère qui frappait le village rendait tous les villageois craintifs, et les faisait se rapprocher de ceux qu’ils reconnaissaient comme les leurs : leur famille. Comme si, dans cet état de crise intangible, un vieil instant animal enfoui sous des décennies d’évolution se voyait ressuscité : l’esprit de meute. Cela était visible pour toutes les familles. Les gens se regroupaient de plus en plus sur eux-mêmes, les interactions inter-familiales se faisaient de plus en plus rare, et engendraient plus souvent qu’à leur tour des frictions, et un preux chevalier venait tuer le temps et s’asseyant dans l’herbe dense à côté d’un violoniste…

Comme bien souvent lorsqu’il laissait son esprit dériver, Valerech produisait quelques notes, qu’il enchaînait dans une sorte de mélodie incomplète et primale, transposant ses états d’âme dans les vibrations de l’air qu’il induisait. La musique sembla également inciter Drakeem à la réflexion, puisqu’il alla même jusqu’à retirer son heaume pour dévoiler son visage fier et dur, impeccablement rasé. Visage que Valerech voyait pour la seconde fois de son existance. Comme quoi « quelque chose » planait bel et bien sur le village…

La question de Drakeem eut pour effet de mettre complètement fin aux mouvements d’archets du jeune homme. Déjà que la visite du guerrier l’étonnait, le fait qu’il s’intéresse à son opinion lui soufflait à l’oreille que quelque chose clochait. Désirait-il enflammer son esprit patriotique afin d’enrôler une nouvelle recrue dans sa troupe ? Ou bien trahissait-il ses pensées profondes ?

Prenant quelques secondes pour bien arrêté sa réponse, le violoniste finit par s’exprimer, sans le regarder, demeurant dans la même position


« Je me soucis de la famille, Drakeem, maintenant plus que jamais. Je n’ai jamais été aussi près de tout un chacun que depuis l’arrivée de ce bois, et tu sais à quoi je fais allusion. Comment aurait-il pu en être autrement, d’ailleurs ? Je crains même que s’il devait arriver quelque chose à l’un de nous, mon âme ressentirait sa douleur… »

Il accompagna ses propos de cinq ou six notes lancinantes, avant de poursuivre

« Quant à ces terres mystérieuses et vierges qui nous entourent, elles ont toujours eut plus attrait pour les hommes de ton acabit que pour moi. La seule conquête qui m’intéresse en ce moment est la conquête de ce nouveau moi que je sens naître, de cette nouvelle vie qui éclot devant nos propres yeux, avec toutes ses nouvelles règles, ses nouvelles possibilités, ses nouvelles contraintes. Et peut-être cette mignonne artificière… »

Acheva-t-il avec quelques notes gaillardes. Puis tournant ses iris émeraudes vers les siens

« Tu sais, je crois que nous comptons tous sur toi pour nous protéger des dangers que présage cette forêt maléfique et magique. Et avec grande raison. Il n’y a personne à qui je confierais plus certainement ma vie qu’entre tes justes mains. Mais je crois que l’ennemi qu’invoqueront ces bois sera bien plus terrible que tous ceux que tu as dû combattre jusqu’à présent. Le plus terrible démon qui existe en fait…car cet isolement aiguillonnera le démon en chacun de nous, qui n’attendra qu’une étincelle pour éclater dans toute sa diabolique puissance…Et la beauté de la chose, c’est que nous ne pouvons rien y faire! Outre profiter de la majesté divine des couchers de soleil…

Reportant ses yeux sur l’astre solaire, il se mit à jouer l’air de la berceuse que tous les Lidralyens connaissaient par cœur.

_________________
-La musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drakeem D'Enetari
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 78
Age : 30
Date d'inscription : 12/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Dim 19 Aoû - 19:28

- Hummph... grommela doucement le chevalier. Ce n'était pas vraiment la peine d'ajouter quoi que ce soit. Valarech avait de l'esprit, mais Drakeem se voyait désolé, voire même frustré de le voir si paresseux. Enfin, c'était bien un trait propre aux artistes, non ? L'homme d'arme se redressa un peu, silentieux. Oui, c'est vrai, les gens de la famille Lidralyou comptaient tous sur lui pour les défendre. Et pourtant... étaient-ils eux même près à se battre pour leur place dans ce monde ? Leur conviction suffirait-elle à leur acheter la reconnaissance des autres familles ? Le chevalier craignait fort que ce ne soit pas si simple. Et que voulait-il dire, à propos de la réclusion ? Les démons intérieurs, ne savait-il pas depuis toujours les chasser d'un simple revers de la main ? Non non, il ne tomberait pas dans les griffes du vice, pas lui, jamais. Il ne s'était pas tant battu pour en arriver là. Le visage de Drakeem se durcit en même temps que son regard, fondant vers la forêt d'un air défiant, et il ne fallu pas longtemps au cavalier pour à nouveau revêtir ce costume de justicier sans peur. Le chevalier D'Enetari se releva, et tourna froidement son regard vers le musicien.
- Fais attention à toute cette musique Valarech, que point elle ne te monte à la tête. Il y a comme tu le sais des choses en ce monde bien plus dures et cruelles que des notes de musique. Je crois qu'il est temps que tu agisses en conséquence, et que tu penses sérieusement à te préparer à des changements. Pour le meilleur, mais aussi pour le pire, car le pouvoir d'un peuple ne se bâtit pas sans quelques déchirures. Tu n'es plus un enfant Val, il serait temps de devenir sérieux...
Drakeem posa son heaume sur sa tête, laissant à nouveau s'éclipser de tout regard ce petit rayon d'intimité qu'il avait laissé échappé. C'était à nouveau Drakeem D'Enetari, le noble chevalier protecteur des Lidralyou. Aussi juste et pure et glorieux. Aussi dénué de peur, d'amour, de compassion... Le cavalier reprit place sur sa monture, écoutant d'une oreille distrète la musique qui continuait de s'échapper de l'instrument. C'était une bien belle musique... Trop belle pour pouvoir durer. Valait donc mieux au plus vite y mettre fin. Calme et sincère, Drakeem envoya quelques dernières paroles à Valarech avant de continuer sa descente, rapide comme le vent et tout aussi fluide.
- Quelque chose se prépare... ce serait dommage que tu ne sois pas prêt à l'affronter lorsqu'elle arrivera. Aller, prend garde à toi ! Que Lidra te protège, et pardonne ta si noble folie.
Et sans attendre, Drakeem fit hénir sa bête et fonça en bas de la côte, près comme toujours au pire que pouvait offrir le monde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan
Serrurier (et traîtresse è_é)
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 31
Date d'inscription : 19/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Mar 21 Aoû - 6:47

Nathan n'avait pas entamé sa montée depuis bien longtemps lorsque lui parvint le tonnerre de coups de sabot qui annonçait l'approche d'un chevalier bien connu. Levant pour l'occasion la tête du sol inégal qu'il contemplait auparavant avec fixité, il vit le protecteur des Lidralyens et son énorme monture passer à quelques mètres de lui.

"Toujours pressé celui-là, même quand il n'a rien à faire" grogna-t-il pour lui-même.

Et que pouvait-il bien avoir à faire dans un petit village encerclé par une masse infinie de végétaux ? A moins qu'une armée d'écureuils assoiffés de sang marche sur le quartier ouest du bourg et qu'on ait négligé de le mettre au courant, probablement pas grand-chose.

Suivant des yeux le trajet du guerrier en sens inverse, il eut tôt fait d'apercevoir la silhouette de Valerech confortablement installée dans l'herbe. Cette vue le fit hésiter, puis il haussa les épaules et reprit son ascension de sa démarche nonchalante, les épaules voûtées et les mains profondément enfouies dans ses poches. 'La famille, c'est la famille !' lui serinait sans cesse sa pauvre mère. Enfin, lui ne s'était jamais donné la peine de faire un détour pour échanger quelques mots avec des Lidralyens qu'il connaissait à peine - la famille était grande, tout de même - mais pour ce qu'il avait à faire il ne se méfiait de toute façon que des Darva.

Et puis, il aimait bien Valerech. Plutôt lui que les airs pompeux du d'Enetari, en tout cas.

"Les nuages sont de bonne compagnie ?" lança-t-il au musicien lorsqu'il parvint à portée de voix.

S'immobilisant à quelques mètres de là, il donna un coup de pied circonspect à une gros pierre couverte de mousse. Celui-là, ou bien celui d'à côté ? Peut-être un peu plus haut sur la colline ? Ils se ressemblaient tous, ces cailloux ! Quel était l'imbécile là-haut qui avait décidé qu'ils devaient tous être gris ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soaring-dragon.livejournal.com
Valerech
Violoniste (et traître è_é)
avatar

Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 15/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Mer 22 Aoû - 9:37

Quelque chose dans ses paroles, ou plus vraisemblablement dans les réflexions qu’elles soulevèrent chez leur destinataire, fit perdre au chevalier sa légèreté nouvellement acquise, et il se referma aussi prestement qu’il s’était affiché. Le puissant D’Enetari des Lidralyou était de retour. Et c’était probablement mieux ainsi pour tout le monde. Pour Valerech, les doutes et els questions faisaient intrinsèquement partie du bon fonctionnement de sa cervelle. Mais pour Drakeem, s’il cessait de croire en lui-même, tout était perdu. Preuve supplémentaire de leur différence, pour autant que ce fut nécessaire…
Il ne rétorqua pas aux tentatives de conscientisation du chevalier sans peur, préférant écouter et absorber l’information. Lorsqu’il eut remonté sur son destrier et cavaler en trombe vers un endroit probablement sans importance, Valerech souffla


« Si seulement tu savais à quel point la musique est cruelle…et qu’elle m’est déjà montée à la tête… »

Ceci dit, certains des points de l’homme de guerre avaient fait mouche…Il n’était effectivement plus un enfant, ça, il le savait. Tout le monde lui disait, qu’il devait donner un sens à sa vie. Trouver une compagne, fonder une famille, cultiver une petite fermette, et louer la mémoire de ses ancêtres, avec l’égoïste idée qu’ainsi, ses descendants perpétueront la tradition et immortaliseront son existence…C’était ainsi, dans ce village, et cela serait probablement bien pire compte-tenu des récents événements. Pourtant, il DEVAIT y avoir quelque chose d’autre…quelque chose qui ne l’encagerait pas dans sa prison de chair…
Repoussant ces pensées de quelques séries enjouées de son violon, il en vint à se demander si le combattant n’avait pas tenté de lui passer un message…Et s’il préparait quelque chose, avec ses hommes ? Et qu’il désirait que la famille soit prête à les supporter, sans pour autant ébruiter l’affaire ?

Sur cet entre fait, Valerech perçut la présence du jeune et frêle serrurier, pas trop loin. Cela semblait s’enligner vers une jolie réunion de famille improvisée…

Il l'aimait bien, le jeune Nathan. Ils n’interagissaient que très rarement ensemble, tout deux s’entre ignorant mutuellement comme ils le faisaient généralement avec la plupart des gens. Mais dans sa démarche, sa manière d’être, de poser son regard sur ce qui l’entourait, Valerech reconnaissait que tout deux se comprenaient…d’une certaine façon.
Contrairement au D’Enetari, le serrurier demeura fidèle à lui-même, initiant la conversation sur une vague remarque destinée uniquement à cet effet, avant de rêveusement envoyer valser un caillou au hasard d’un mouvement de pied. Tout comme le chevalier, le serrurier s’était vu complètement privé de sa fonction ainsi que de sa passion suite à l’immolation de la jeune fille, qui avait mené à la mystérieuse hemétisation de toutes les portes. Privés de bâtiments, la demande de serrure devait avoir sensiblement décrue…


« Ils sont non seulement d’excellentes compagnie, mais de magnifiques danseurs, à une époque ou cela n’intéresse plus personne! Je trouve un public où je peux»

Il entreprit une douce mélopée sur son instrument, dont le rythme semblait s’agencer avec le déplacement des nuages par la force des vents d’altitude. Les yeux toujours rivés vers le ciel, sans cesser sa mélodie, il poursuivit

« Et pourtant, il n’y eut jamais meilleur moment pour simplement profité de la vie. Au lieu de quoi, nous nous entre regardons en chien de faïence, en essayant de prévoir des coups tordus…caressant même l’idée des frappes préventives. »

Il cessa de jouer et, tournant la tête dans la direction de Nathan, acheva

« Mais tu es loin d’être bête : tu dois le sentir, toi aussi… »

Replongeant son regard vers l’horizon, il entreprit de faire résonner quelques accords décousus, en reprenant sur un ton beaucoup plus lumineux

« Alors, dis-moi, tu as réussi à percer le secret de ces serrures qui nous empêche de rentrer chez nous ? »

_________________
-La musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan
Serrurier (et traîtresse è_é)
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 31
Date d'inscription : 19/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Jeu 23 Aoû - 10:06

Danser n'intéressait plus personne ? Nathan eut un sourire ironique, mais ne trouva rien à répondre. Lui-même n'avait jamais vraiment aimé danser, préférant s'avachir dans un coin et regarder d'un oeil morne les plus courageux que lui se démener, mais il comprenait facilement où Valerech voulait en venir. Depuis que le village s'était replié sur lui-même, les villageois étaient si occupés à s'espionner les uns les autres et à jeter des regards mauvais à leurs voisins qu'ils n'avaient probablement plus assez de place dans leurs emplois du temps chargés pour se prendre par la main et suivre le rythme.

Les paroles du musicien firent écho à ses pensées et il émit un grognement d'approbation. Ayant finalement déniché la bonne pierre, une caillasse rousse plus grosse que sa tête, il la hissa hors de sa niche. Apparemment jusque-là bien installée, elle se vengea en manquant lui rouler sur le pied.

"Il y a un mois il y avait ici un joli village tout à fait civilisé, avec cinq familles tout à fait civilisées et des tas de gens tout à fait civilisés qui se souriaient les uns les autres sans avoir l'air trop hypocrite" rétorqua-t-il en se penchant sur le trou qu'il venait de dégager.
"Deux ou trois arbres ont poussé en une nuit, et aujourd'hui il y a une collection de cagibits hermétiquement clos autour desquels tournent cinq bandes de renards affamés qui montrent les dents plus qu'ils ne sourient quand par hasard ils se croisent.
"Familles hostiles, village fossile, pour ce que j'en ai à dire."


Sous une fine couche de terre, ses ongles rencontrèrent une surface dure. Satisfait de ne pas s'être trompé d'emplacement malgré toutes ces années, il extirpa un petit coffret sale du trou et l'exhiba à la vue de Valerech.

"Quant à ces satanées serrures, c'est le plan du jour."

Tirant une petite clé en fer de sa poche, il l'inséra dans la serrure du coffret - made by votre serviteur, s'il vous plaît. Le mécanisme joua impeccablement et il souleva le couvercle. Une lueur de satisfaction éclaira son regard lorsqu'il s'empara enfin de son matériel de crochetage, le métal à peine terni par son long séjour sous terre.

Ah, elles voulaient résister, hein ? Ah, elles avaient des envies de révolution ! On allait voir ça, tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soaring-dragon.livejournal.com
Vladimir
Négociateur (et traîtresse è_é)
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 31
Date d'inscription : 23/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Ven 24 Aoû - 21:39

[Réunion de traîtres, on dirait bien. Cool ]

« Ah… AH! Eh… Snif. Ah- ATCHAAAEUH! » Reniflement irrité. « Putaindpollendmerde… »

C'est avec l'élégance d'une biche boiteuse goudronnée que le négociateur arriva finalement en vue de Palomba Sol, à bout de souffle, à bout de nerf et en bien piètre état. Sa veste poussiéreuse, glissée de ses épaules dans sa course effrénée, pendait mollement dans son dos, à peine retenue par sa ceinture. Ses bottes étaient vaseuses (de l'extérieur ET de l'intérieur), ses cheveux couverts d'au moins un échantillon de chaque type de végétation du coin, sa manche droite disparue et le pan de ses pantalons vis-à-vis ses genoux rapiécé. Ajouter à cela une lèvre ensanglantée et une ecchymose violacée au visage et vous obtenez le portrait parfait du jeune homme qui a dut usé de tous les stratagème et parcourir les recoins les plus obscurs du village pour échapper à une ordre de Darvinien malcommodes et de Gerluséen enragés. Et tout ça sans prendre plus de deux minutes de pauses à chaque arrêt! Pour quelqu'un de sa piètre condition physique, cela relevait de l'exploit. Aurait-il été un rien moins exaspéré (et pas en train d'hyperventiler), d'ailleurs, Vladimir aurait été sérieusement tenté d'entamer une petite danse de joie en s'apercevant qu'il n'était plus suivit. Il l'aurait peut-être regretté, par contre, car une fois que ses poumons eurent cessés de le torturé, et qu'il n'eut plus besoin du support de ses mains sur ses genoux pour ne pas s'effondrer, il leva la tête pour apercevoir, à travers un rideaux de cheveux argenté encore plus pêle-mêle qu'à l'habitude, deux silhouettes à quelques mètres de lui. Sa première réaction fut d'afficher une expression de pur désespoir, et de se préparer par résignation à reprendre ses jambes à son coup. Heureusement, l'oxygène se remit à circuler correctement à son cerveau quelques millisecondes plus tard, et il se rendit compte à temps qu'il était, techniquement, "chez lui". Il avait un très faible pourcentage de chance pour que les deux hommes, aussi peu familier semblent-il de loin, soit autre chose que des membres de sa famille.
Le jeune adulte aux yeux violets hésita. Une partie de lui mourrait d'envie de raconter les palpitantes péripéties qu'il venait de vivre, mais d'autre part, il était plutôt réticent à l'idée de se montrer dans un état aussi lamentable que celui dans lequel il se trouvait. Son orgueil contre son envie de chialer. Le combat fut de coutre durée. Le Lidralyen frotta son visage pour y enlever les résidus de pollen, tamponna délicatement sa plaie avec l'extrémité de la manche encore raccrochée à son chandail, passa une main dans ses cheveux et s'approcha du duo avec un air décontracté, comme si sa situation de décrépitude lui importait peu. De proche, il reconnaissait vaguement les visages


« Yoh la famille! J'espère que j'interrompt pas trop votreuuuh… Session de… Peutimportecquevousfaisiez? » fit-il en haussant un sourcils. La dernière partie de sa phrase avait été prononcée si rapidement qu'elle paraissait presque être un seul mot- talent que le jeune homme aux cheveux argentés avait acquis après plusieurs années à inventer des termes. « M'enfin. Quel bon vent vous amène sur cette venteuse colline? Vous fuyez les ennuis, peut-être? J'admet que j'suis peu suspicieux, mais on n'est jamais trop prudent… Faut dire, avec mon emploi du temps, j'ai pas vraiment le temps de régler bien plus de conflits! »

Malgré l'évocation semblerait-il aisée de son métier, le beau-parleur espérait qu'aucun des hommes ne presserait trop le sujet. Il avait une réputation très peu éloquente, auprès de sa famille directe. On le traitait d'opportuniste, de tricheur et même de traître, depuis qu'il s'était mis à offrir ses services à ceux des autres familles. Bien qu'il était presque certain qu'une bonne douzaine de degré séparait son sang de celui de ses deux interlocuteurs, il ignorait jusqu'où étaient allées les rumeurs des mauvaises langues à son sujet. Il tâtait un peu le terrain, en quelque sorte : si les Lidralyens avaient une chance d'avoir entendu parlé d'Isidore le profiteur, il se présenterait comme étant Vladimir le pacifiste. Ce n'était pas un mensonge, vraiment, seulement une demie-vérité.

« Je suis une sorte de bouc émissaire entre les familles, voyez-vous… » Il négligea de mentionner de quelles familles il s'agissait. « Et bien que je sois non-violent jusqu'au bout des ongles, c'est pas tout le monde qui me rend la pareille, comme vous pouvez le voir. D'ailleurs, y'en aurait pas un de vous qui aurait une rechange de vêtements sous la main, comme ça, par hasard? »

Bon d'accord… Peut-être qu'il méritait un peu sa réputation d'opportuniste, et peut-être qu'il profitait un peu de son air d'innocent chien battu… Mais qui pouvait le blâmer? Il était mal en point, et il venait de tomber, par un heureux hasard, sur deux de ses cousins-au-x-ième-degré qui devait porter des vêtements d'environ sa taille. Un devait lui manger quatre tartes sur la tête, et l'autre avait les épaules encore plus étroites que lui (ce qui était un accomplissement digne de mention), mais en moyenne, il arriverait sûrement à lui fournir quelque chose à sa taille…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Arroway
Voyageuse
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Lun 31 Mar - 21:35

Liam, qui revenait du marché avec une pomme dans les mains, s'était promenée de longues heures pour trouver cette colline, et ce n'était pas sans raison. C'était l'endroit où elle s'était réfugiée pendant toute une semaine, plus précisémment près du bois, lors de la mort de sa soeur. Elle avait décidée d'y revenir aujourd'hui, simplement pour voir si l'endroit avait changé, comme pour se prouver que tout était comme avant, qu'elle pourrait un jour s'en aller loin de ce village de malheur dans lequel elle était prisonnière. Liam avait même prévu dormir ici, si son ancien refuge improvisé était toujours là. S'il n'y était plus, il faudrait visiblement trouver une autre option.

Ses pas rythmés mais calmes faisaient un peu plus de bruit qu'à l'ordinaire. La jeune adulte était sur ses gardes, toujours aussi méfiante qu'à l'habitude, mais tout de même; c'était probablement la place la plus sécuritaire pour elle et pour les membres de sa famille en ces temps mouvementés, non? Liam était tellement perdue dans tout ça. Était-ce si important, ces histoires, après tout? Peu importe, ses pensées n'avaient probablement pas plus de valeur que le reste aux yeux des autres.

Bref, la blondinette avançait et fixait le sol plutôt que de regarder devant elle puisque les arbres en quantité excessive avaient tendance à la rendre de mauvaise humeur, surtout depuis qu'ils lui gâchaient la vie! L'ennui, c'est qu'elle s'apprêtait à foncer directement dans trois jeunes gens qui semblaient ne se préoccuper de rien. Elle leva la tête, s'en rendit compte et, pour éviter la collision, la jeune femme s'arrêta net. Par le hasard des choses et peut-être à cause de quelques cailloux mal placés, Liam se retrouva ensuite sur le sol en quelques secondes.

La jeune femme n'arrivait pas à croire qu'elle était en train d'avoir l'air aussi stupide. En se relevant, une faiblesse de sa cheville gauche lui indiqua qu'elle s'était fait mal, mais son orgueil lui dictait de se tenir debout quand même. Merde! La pomme qu'elle s'était achetée lui avait glissé des mains. Elle qui avait si faim! Tant pis. Se tenant sur la seule de ses chevilles qui ne la faisait pas souffrir, pleine de terre et même de quelques brins d'herbe dans les cheveux, la maladroite finit par marmonner quelques mots.

"Heum... pardon?" dit-elle de sa voix crystalline mais ô combien en colère d'avoir à débiter ce qui ressemblait à des excuses, car elle n'était pas certaine de les avoir vraiment éviter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkanne
ébéniste
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 28
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Jeu 3 Avr - 12:25

rentrant a l'ébénisterie Arkanne avait décidé de faire un tour par palomba sol. La vue sur l'océan vert était magnifique pendant le coucher de soleil. et puis il pouvait toujours essayer de voir si il y avais un petit passage, plus claire que les autres, pouvant représenter un sorte de route conduisant vers la sortie de la foret. on pouvait toujours rêver. Il fut tirer de sa rêverie par une petite pierre volant vers lui. celle ci passa juste a cote de lui. se disant que les pierres ne volait pas toute seule, il remontât la pente du regard et tomba sur jeune fille plutôt belle qui venait de se vautrer lamentablement sur le sol. Celle-ci semblait s'être blessé puisqu'elle se tenait sur une seule jambe. Les trois homme a coté d'elle ne semblant pas bouger, ni même la remarquer, il se dirigeât vers elle.

-Voulez-vous un peu d'aide?

Il lui proposa son epaule pour qu'elle prenne appuie sur lui. Une fois cela fait il l'emmenat sous l'ombre d'un arbre et lui proposa un morceau de pain en remplacemant de la pomme tombée sur le sol.

-Il faut faire attention ou on marche. Ici Les rocher aiment taquinner les dames.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Arroway
Voyageuse
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Sam 5 Avr - 1:46

"Voulez-vous un peu d'aide?"

Liam sursauta. D'où provenait cette voix? Elle se retourna lentement et aperçut un homme qui semblait rempli de bonté. Il lui proposait son aide. La jeune femme était quasiment surprise qu'on puisse lui offrir une telle chose. Se méfiant un peu de prime abord, elle étudia la personne qui se trouva devant elle. Jusqu'à preuve du contraire, rien ne montrait qu'il lui voulait du mal. Ne voulant pas accepter son aide, elle marmonna un non presque inaudible et tenta de marcher par elle-même...Sans succès. Se retrouvant devant un choix évident, elle accepta donc de s'appuyer un tout petit peu sur son épaule rassurante.

La blonde se sentait déjà mieux maintenant que le soleil ne lui faisait plus plisser les yeux. N'empêche, rien de lui enlèverait sa douleur, malheureusement pour Liam. Alors qu'elle allait prendre la parole et tenter de le remercier, il recommença à parler.

"Il faut faire attention où on marche. Ici, les rochers aiment taquiner les dames."

Est-ce qu'il était vraiment en train de se moquer d'elle? L'expression sur le joli minois de Liam qui jusqu'à présent affichait une certaine gratitude disparut entièrement à ce moment là. Si elle n'avait pas eut une cheville en compote, elle se serait très probablement levé pour lui régler son compte. Mais quelque chose lui disait que cet homme ne faisait que l'agacer. Qui plus est, il l'avait drôlement aider jusqu'à date. Elle refusa pour de bon de répliquer à sa raillerie quand il lui offrit du pain. Décidément, l'homme était bien intentionné. Liam examina la nourriture qu'on lui offrit et l'engloutit sans dire un mot. Après plusieurs minutes, elle se décida enfin à sortir quelques paroles de sa délicate bouche.

"Les rochers ne sont certainement pas de mon côté, on dirait..." dit-elle doucement en esquissant ce qui ressemblait à un sourire.

"Merci beaucoup, hum..Merci.." marmonna-t-elle ensuite. Le fait d'avoir eu besoin d'aide la faisait totalement sortir de ses gonds, mais il fallait qu'elle se contrôle. Liam n'arrivait tout simplement pas à être fâcher contre un homme qui paraissait si gentil.

"J'ai l'impression de vous connaître, je me trompe?"

Il lui semblait l'avoir vu quelque part. Remarque, c'était fort probable puisqu'ils étaient tous enfermés dans le même village sordide, mais tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkanne
ébéniste
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 28
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Sam 5 Avr - 8:33

"Les rochers ne sont certainement pas de mon côté, on dirait..."

Il souris a sa remarque mais n'en rajouta pas. Elle pourrait se vexer après tout.

"Merci beaucoup, hum..Merci.."

"Ce n'est rien."

"J'ai l'impression de vous connaître, je me trompe?"

Je suis Arkanne l'ébéniste du coin. Occasionnellement je deviens Arkanne l'explorateur, mais seulement quand j'essaye de sortir du village. Mais les éléments jouent contre moi. Et vous?

Il pensais savoir qui elle était, mais préférait l'entendre de sa bouche a elle. Et si il avait raison elle pourrait probablement l'aider un peu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lili
Gamin(e)
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 32
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Jeu 29 Mai - 13:11

Exclamation Balade

Lili aimait particulièrement cette partie de Paloma Sol. Et comment aurait-elle pu faire autrement?
Tout d'abord, la zone était couverte d'un magnifique bois de pin qui ne cessait que lorsqu’il rejoignait la mer. Mais, ce n’était pas tout, il y flottait aussi toujours une odeur de bois et de terre mêlée que la petite fille aimait particulièrement…
Sans parler des animaux que l’on pouvait y trouver comme la colonie de lapin de garenne qui avait élu domicile dans les bruyères…

On aurait pu penser que Lili aurait fait durer la promenade pour profiter de toutes ces choses qui étaient de véritables merveilles à ses yeux d’enfant ; mais, il n’en était rien… Au contraire, elle était loin de prendre son temps !
Comme souvent, elle sautillait, courait, s’amusait à slalomer entre les arbres en se demandant comment les adultes pouvaient faire pour toujours marcher de leur pas lent et ennuyeux alors qu’il était si amusant de faire autrement.
Elle continua ainsi jusqu’à ce que le souffle court, elle ne puisse plus continuer… Alors, elle se laissa tomber dans un gros amas des bruyères qui se trouvait par la et se reposa durant… Au moins une minute entière !
Puis, elle se remit en route mais cette fois de manière un peu plus calme.

Alors qu’elle marchait dans le bois de pin, elle entendit des voix. Curieuses, comme à son habitude, elle s’arrêta net puis, passant en « mode furtif » s’approcha sans bruit, guidée par le bruit des voix.
L’une ne lui disait rien mais, l’autre, à coup sûr était celle d’Arkanne… Souriant jusqu’aux oreilles, la petite qui savait l’ancien d’un bon caractère décida de lui faire une petite farce…

Elle avança donc silencieusement, faisant de grands détours pour rester cacher derrière un tronc d’arbres ou un buisson touffu. Persuadée que de telles manœuvres lui éviteraient d’être remarquée…
Se plaçant enfin juste dans le dos d’Arkanne, elle prit son élan et, non sans avoir lancé un « Bouh ! » magistral lui sauta au cou (enfin, aux jambes plutôt) en riant :

« Je t’ai fait peur hein Arkanne. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumearnestil.lightbb.com/portal.htm
Arkanne
ébéniste
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 28
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Ven 30 Mai - 12:31

Arkanne etait en pleine discution avec liam quand un evenement inatendus fit son apparition plus ou moins discretement. Celui-ci ce materialisa sous la forme d'un eclair couleur noisette aux yeux couleur nuit, et arkanne connaissait bien cet enfant, lili, l'eclair noisette, comme il aimait la surnommée. Elle se remarqua cette fois dans une tentative d'effarouchement du viel homme, qui, sans la bonté de celui-ci, aurait tourné en un echec lamentable, mais celui-ci ne bougeat pas, la laissant se faufiler derriere les arbres, a sa facons. Au bout d'un certains temps il n'entendit plus rien, devinant qu'elle etait arrivé derriere lui. Il n'eut pas attendre longtemps pour avoir sa reponse, celle ci lui avait sauté dans les jambes, le faisant presque tombé,et lui lanca un "bouh" assez puissant pour son age. le vieil homme fit semblant de sursauter, et elle commencat a rire.

Tu m'as fait peur lili! j'ais crut qu'un monstre m'attaquait.

Il sourit puis s'accroupis pour se mettre a sa hauteur.

Alors que me vaut l'honneur de ta visite?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lili
Gamin(e)
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 32
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Ven 30 Mai - 13:57


Lili regarda l'ancien de ses grands yeux alors qu'un éclat de rire suivait le grand sourire qui c'était dessiné sur ses lèvres.

Arkanne n'était pas mauvais acteur et la petite cru réellement avoir réussi son entreprise...
Cela la rendait bien évidemment des plus joyeuses...

"Un monstre? Houlàlà! Je suis doué alors... J'ai hésité à grogner" e(elle mima un grognement en plaçant ses doigts écartés devant son visage avec un air agressif) "mais, je me suis dis qu'un Bouh serait bien plus amusant... J'ai bien fait?"

Et elle repartit sur un éclat de rire.
C'est à ce moment qu'Arkanne lui demanda pourquoi elle était venue le voir.
Avec sa franchise enfantine, Lili lui répondit à toute vitesse. Son débit de parole était impressionnant. On aurait dit qu’elle essayait de tout expliquer le plus rapidement possible afin d’être certaine de rien oublier :

"Je voulais rentrer par les bois. Tu sais comme je les aime."Avec fierté, elle ajouta en prenant à peine le temps de respirer entre ses deux phrases "Et puis, en plus, je les connais presque tous par cœur... C'est celui là le plus beau après la grande forêt alors, c'est ici que je suis venue. Et puis, j'ai entendu ta voix alors, j'ai suivit le bruit et, j'ai décidé de te faire une farce."

Se rendant soudain compte qu’elle ne connaissait pas la raison de la présence de l’ancien en ces lieux, elle s'interrompit brusquement pour demander :

"Mais, toi, qu'est-ce que tu fais là?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumearnestil.lightbb.com/portal.htm
Arkanne
ébéniste
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 28
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Sam 31 Mai - 15:35

Arkanne sourit a la remarque de Lili et rigola un peu Quand elle mima le monstre. Ensuite elle debitat un flot de parole, a toute vitesse.

"Je voulais rentrer par les bois. Tu sais comme je les aime.

C'etait vrai que la petite passait son temps dans les bois, malgrès leurs dangerosité croissante, mais de toute facons un autre sermont ne servirait a rien, alors il la laissat parler.

Et puis, en plus, je les connais presque tous par cœur... C'est celui là
le plus beau après la grande forêt alors, c'est ici que je suis venue.

C'etait aussi vrai que ce bois etait un des plus beau du village.

Et puis, j'ai entendu ta voix alors, j'ai suivit le bruit et, j'ai
décidé de te faire une farce."
[/color]

A ce moment le vieil homme venait de comprendre pourquoi elle avait voulus le surprendre: une idée soudaine. Et lui aussi venait d'en avoir une, mais avant qu'il ait pus dire quoi que ce soit elle rajoutât:

"Mais, toi, qu'est-ce que tu fais là?"[/color]

Moi? eh bien je suis juste venus admirer la vue sur la foret, et pour voir le coucher de soleil. Mais au fait, tu savais qu'une acrobate se trouvais sur la place du village?

Il laissât le temps de répondre a Lili puis rajoutât

sa te dirait d'aller la voir avec moi?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lili
Gamin(e)
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 32
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Lun 2 Juin - 9:59

Lorsque l'ébéniste parla de l'acrobate, la réaction de la
petite Lili fut immédiate.
Elle commença par ouvrir de grands yeux brillants et sans même écouter la suite
des paroles d'Arkanne tant le mot "acrobate" l'avait impressionnée,
elle fit, à la fois enthousiaste et admirative:

Une acrobate?!

On va la voir dit? On va la voir Arkanne?

Puis, se rendant soudain compte que l’ancien lui avait déjà fait
cette proposition elle éclatât de rire.

Allons-y alors. Dit –elle en le tirant par la manche
avec une certaine précipitation.

Arrow Divertissement au marché


Dernière édition par Lili le Jeu 5 Juin - 16:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumearnestil.lightbb.com/portal.htm
Arkanne
ébéniste
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 28
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   Jeu 5 Juin - 16:31


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Regard vers l'horizon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Regard vers l'horizon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon regard vers les cieux.
» Un regard vers la lumiere
» Jeu de rôle Titanic (écriture)
» Comme un rêve lointain
» Promenade aux "deux caps"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Quatre Éléments :: Quartier est :: Palomba Sol-
Sauter vers: